Les maquettes de verrières sont très soignées : une structure fine en métal soutient de petites formes en verre. J’ai visité l’exposition par un après-midi ensoleillé et la lumière projetait les ombres portées des verrières sur le mur blanc. Cela leur donnait un relief particulier.

Au sous-sol, un mur est couvert de vieux miroirs gravés. Ce mur fait face à deux panneaux de faux marbres : un clair et un foncé, l’un évoquant le petit matin et l’autre la nuit. En regardant ces faux marbres, on pense inévitablement à certaines photos de Sophie Ristelhueber, que l’on observe sans plus très bien savoir quelle en est l’échelle : s’agit-il d’un détail ou d’une vue aérienne ? Là, on suit les nervures du marbre, on remarque ses éclats. Chacun construit son parcours.

Quand on se retourne, ce marbre est reflété dans les miroirs. Ces miroirs sont gravés d’un dessin de cartes côtières. Le reflet de la gravure accroit la profondeur de la côte. A celle-ci s’ajoute le reflet des faux marbres, un peu plus loin dans la perspective.

La gravure de la carte côtière organise ce qu’on imaginait en étudiant les faux marbres. Le miroir fonctionne comme un calque que l’on déposerait sur la photo aérienne pour en faire apparaître les traits saillants.

Avouons-le, je n’ai pas bien compris le concept d’agence de voyage fantôme avancé par l’artiste et illustré par le jeu de mot Chab’Air. D’après moi, les œuvres de Cyprien Chabert méritent mieux.

FAT GALERIE (galerie fermée)
www.fatgalerie.com
1 rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
Tél. :+33(0) 1 44 54 00 84
Métro : Temple