Julien Salaud a recouvert une chevrette empaillée d’un quadrillage de fils blancs phosphorescents. La nuit, cet animal disparaît pour laisser place à un quadrillage luminescent. C’est surprenant et très réussi. Le musée de la chasse avait déjà présenté son travail dans le cadre de la nuit des musées 2010, en projetant son film « Miadem ad rue isnomed egal repme » qui « interroge la figure, les pratiques et les fonctions du sorciers » comme le dit lui-même l’artiste.

Vous pourrez le découvrir au Palais de Tokyo du 5 au 28 novembre 2010.

Blog Julien Salaud
Beaux Arts Magazine
Palais de Tokyo