On a toujours au moins deux lectures de ses photos. La première est une vision d’ensemble, on distingue d’abord la plage, la mer, puis les petites touches de couleurs formées par les parasols, les maillots de bain et les bouées. C’est graphiquement toujours bien établi.

La deuxième lecture consiste à s’approcher de la photo et à observer chaque détail. On plonge alors dans un instantané proche de l’étude sociologique. Les centaines de personnes que nous avons sous les yeux respectent scrupuleusement les règles de ce « lieu de convivialité ». On s’embrasse, on rigole, on se fait beau, on marque son territoire d’une serviette ou d’une glacière, on s’amuse avec sa bouée ou son bateau gonflable.

Les plages sont peut-être les seuls lieux où on peut photographier avec autant d’acuité nos pratiques sociales tout en montrant la diversité d'approche du farniente et de la baignade.

Massimo Vitali surexpose certaines scènes jusqu’à arriver à complètement « brûler » la mer et une partie de la plage. Les tenues de bain aux couleurs chatoyantes se détachent du fond blanc, les baigneurs paraissent ainsi isolés, hors du temps. Cet effet crée une étrangeté assez saisissante. Ce sont ces vues que nous préférons.

Massimo Vitali a aussi pris des photos de boîtes de nuit installées sur la plage. Le principe reste le même, mais il fonctionne moins bien. Le blanc et le bleu ont été remplacés par le noir qui emprisonne. La foule est compacte, on voit les têtes dépassées péniblement là ou les photographies de plages montraient l’ensemble des corps.

Massimo Vitali fait ces photographies de plages après avoir photographié des boîtes de nuits et des piscines. La déclinaison est agréable, mais on aimerait bien qu’il nous surprenne la prochaine fois.

Galerie du Jour Agnes B.
www.galeriedujour.com
44 rue Quincampoix
75004 PARIS
Ouvert du Mardi au Samedi de 12h à 19h
Tél. : 01.44.54.55.90
Site de Masssimo Vitali : www.massimovitali.com