En effet, on y découvre des photos plus anciennes, prises en noir et blanc. On remarquera notamment la photographie d’un étudiant regardant la télé, qui témoigne de l’attention que porte Marcos Lopez à la composition.

Maison d’étudiants (1980) >

Dans les séries Pop Latino et Sub realismo criollo plus récentes, Marcos Lopez met en scène un ou plusieurs personnages : des footballers dans un vestiaire après le match, une femme couronnée d’ustensiles de cuisine, un couple gay posant dans une chambre décrépie… Tous figés, ils regardent avec gravité l’objectif, conscients de ce qu’ils représentent sur la photographie. Les images sont très construites et les personnages d’une rigidité froide.

La chambre rose (2007) >

Les photographies les plus remarquables sont celles que Marcos Lopez a prises lors de son voyage en Bolivie, l’année dernière. Il s’y est passionné pour les coiffeurs et les tailleurs. La galerie présente trois magnifiques exemples de cette série. Tout d’abord une coiffeuse en tenue léopard, à la fois vulgaire et sûre d’elle. Elle pose avec application. La photo est légèrement rehaussée, le photographe a d’ailleurs peint les ongles en rouge. On peut aussi voir la photographie d’une famille de tailleurs posant dans son magasin et, au sous sol, le portait d’un tailleur devant son plan de travail, avec, en arrière-plan, une peinture naïve. Toutes deux sont constituées d’une large gamme de couleurs pastels, harmonieuses et douces. Marcos Lopez les a aussi retouchées à la main.

//
Tailleur (2010) >

Les tailleurs ont un regard calme, à l’inverse des acteurs de la série Pop Latina qui donnent l'impression de surjouer. Le contraste entre les deux séries est saisissant. Comme si Marcos Lopez avait d’abord voulu présenter un monde excessif, chic et toc, et, dans ses derniers portraits, les gens tels qu’ils sont, simples et pourtant nettement plus énigmatiques.

Galerie mor • charpentier
8, rue Saint-Claude Paris 3ème
M° Saint-Sebastien Froissart / Bastille
Tél. +(33) 0 1 42 76 06 29
www.mor-charpentier.com

> le 9 mars 2011 : rencontre avec Marcos Lopez
Visuels : Merci à la galerie Mor-Charpentier