Tennenment 2, Farah Atassi, 2009 >

L’année 2010 est celle de son ascension : la vitrine de Jean Brolly il y a un an, en mai le salon de Montreuil, en juin Dynasty au Musée d’Art moderne / Palais de Tokyo, en octobre la FIAC et l’annonce de la préparation de cette première exposition personnelle à la galerie Xippas. C’est donc avec impatience que nous attendions cette exposition. Le même esprit souffle sur ces toiles. L’artiste nous projette dans un espace abstrait : des plans, qui sont rarement unis, souvent lessivés, avec des coulures, ou recouverts de motifs géométriques : quadrillage de carrelage blanc encerclé de noir, ou de briques noires, des lignes droites : celle du parquet, de néons fluorescents, ou courbes : les fils électriques tombent du plafond.

La perspective est très marquée. Pourtant les ombres sont absentes et cette absence perturbe nos repères. Le sol perd sa matérialité et se dérobe, le plafond est indistinct. Et quand ils sont tous deux bien définis, Farah Atassi ajoute une ligne rouge qui traverse de gauche à droite la toile, accentuant encore plus l'effet de perspective.



Bathroom II, Farah Atassi, 2010 >

Farah Atassi représente des intérieurs dans lesquels la vie semble s’être retirée : bureau abandonné ou pièces dont les fils électriques s’échappent du plafond. Pourtant on y trouve des objets familiers : lit, chaise, bougie, cafetière ou broc, qu’elle peint en aplat ou dont elle ne trace que les contours. Le mobilier est accidenté, telle cette chaise à qui il manque un pied, ou bien disposé en amas.

Farah Atassi joue subtilement avec les couleurs, laissant échapper quelques touches bleues, jaunes ou rouges. L’œil est invité à parcourir la surface de la toile, il rebondit à chaque fois qu’il rencontre un aplat vif ou glisse sur les lignes légèrement mises en relief. Il cherche et ne perçoit que l’absence.

Galerie Xippas
www.xippas.com
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
France