Taylor McKimens a grandi dans le désert de Californie. Adolescent, il a certainement dévoré les bandes dessinées de Robert Crumb : ses dessins apparaissent sous la même profusion de traits ronds. Mais alors que Crumb représente ses phantasmes et ses passions, Taylor McKimens s'intéresse lui à l'univers qui l'entoure.

La vision qu'il en offre est dure : ses personnages, encadrés de mouches, sont sans âge, le corps noueux, les yeux clos ou mi-clos, loin des canons du cinéma hollywoodien. Ses plantes sont des cactus, oubliés sous la véranda, dont le pot sert accessoirement de cendrier. Ses décors recèlent une multitude de détails : une glace dégoulinante, des pansements et des gouttes de sueur disproportionnées qui, par moment, font penser à des asticots.


Walking crackers >

Le choix des couleurs, violet pour les corps, rouge orangé ou bleu pour le fond, renforce cette impression d'univers en déconfiture. Les éléments restés blancs, chapeau, t-shirt ou glace, semblent être les attributs qui permettraient de comprendre qui ils sont.

Nous avions déjà vu la critique ironique que faisait David Kramer de la société américaine. Ici Taylor McKimens nous en dresse un portrait décrépi.

Galerie Zurcher
www.galeriezurcher.com
56 Rue Chapon
75003 Paris
Site de Taylor McKimens : www.taylormckimens.com