En arrivant dans le couloir de la galerie, on croit apercevoir des photos géantes, très contrastées. Ce n'est qu'en se rapprochant que l'on se rend compte qu’il s’agit de dessins au fusain. Au milieu de cet ensemble, le spectateur est littéralement écrasé par ce qui l'entoure. La technique du clair obscur et le noir du fusain qui absorbe toute la lumière renforcent cette impression.

Untitled  (Airplane windows), 2011 >

L'exposition ne s'arrête pas à ces trois gigantesques dessins. Au sous-sol, les yeux d’une femme voilée scrutent le visiteur tandis que la tête d’un tigre vous attend. Seuls les yeux de la femme sortent du voile d'un noir profond. Robert Longo réussit à créer un drapé, quasiment imperceptible dans le voile noir, qui pourtant donne force de réalisme à ce dessin, là encore géant (deux mètres sur 1,5).

Les grands formats sont parfois trompeurs, ils en mettent plein la vue. Mais soyons rassurés, Robert Longo sais aussi faire des petits formats très expressifs. A l'étage, la galerie en présente quelques-uns, plutôt terrifiants : un requin, une vague ou un champignon atomique, et même une rose d'un rouge capiteux, seule touche de couleur de l'exposition.


Untitled (Mecca), 2011, 440 x 658 cm >

Robert Longo nous explique que "les roses, les bombes ou les vagues sont des choses qui n'existent que dans le court instant où elles se réalisent. La bombe est faite pour exploser, la rose pour fleurir et la vague pour s'écraser. Elles sont là au moment de leur accomplissement."

A côté, figurent un long dessin de hublots, un rock band et une terre vue de l'espace. Ce mélange fait perdre un peu de puissance à l'exposition qui n'en reste pas moins magistrale.

Galerie Thaddaeus Ropac   => Liste des Articles
7, rue Debelleyme
75003 PARIS
Site de la galerie : www.ropac.net/