L'exposition Body no/body a l'ambition d'explorer trois dimensions du corps : son intériorité, l'imagination et le corps en tant que porteur de signes. La galerie présente au premier étage une petite statue de Tarik Essalhi qui représente une femme voilée, assise en tailleur, "la gardienne". Le thème semble servir de prétexte à l'artiste pour faire un impeccable drapé. Il n'en oublie pas pour autant son sujet, car on a bien du mal à voir percer, sous ce magnifique drapé, la personne qu'il habille. Cette sculpture est surplombée par des dessins de Jean Luc Verna qui transforme le portrait de famille en scène de cannibalisme, où deux enfants mordent leur mère.

Julien Salaud, Constellation du cerf >

Au sous-sol, une salle sombre avec une lumière au schwartz accueille le trophée d'un cerf, revu et corrigé par Julien Salaud. Il a, comme à son habitude, créé autour de la tête de l'animal un réseau de fils qui en soulignent les contours. Les fils sont ici phosphorescents, ce qui renforcent le côté anguleux de la construction. Nous regrettons que la salle ne se soit pas éclairée complètement quelques instants. En effet, dans le travail de Julien Salaud, ce que nous aimons, c'est le contraste qu'il souligne entre la forme animale, ronde, et le réseau général, la constellation des lignes de force. Le trophée du cerf n'en reste pas moins très impressionnant.

Toujours au sous-sol, vous verrez un long travelling de bras tatoués, ponctués de bracelets de couleurs de Lydie Jean-dit-Panel. Il y en a plus de mille. Les bras se juxtaposent comme autant de vies, d'expériences.

Galerie Bertrand Grimont
www.bertrandgrimont.com
47 rue de Montmorency
75003 Paris

Lien vers le blog de l'exposition :bodynobody.blogspot.com/