Cette exposition a la particularité de présenter une majorité de tirages en noir et blanc alors que l'on est plutôt habitué aux tirages colorés et sépia de Jan Saudek. Certaines de ses photos sont très connues. C'est le cas de la série de quatre photos qui présentent une femme qui se dénude et dont les cheveux sont coupés un peu plus court à chaque fois pour finir rasés.




Beaucoup de ces photographies montrent les mannequins posant d'abord habillés, puis nus. A travers ces montages, Jan Saudek exprime la déchéance humaine et rappelle que l'être humain n'est pas grand chose; qu'une fois ces habits ôtés, il est livré à lui-même. A ce titre, les deux photographies présentant une femme donnant une pièce à un clochard aveugle est significative. On la voit une première fois avec des talons, la seconde sur la pointe des pieds, mimant le fait de porter des talons. Cette posture est d'autant plus ridicule que la femme est face à un aveugle. Jan Saudek tente ainsi de mettre à nu la comédie humaine dans ses rapports à l'argent, à la famille et à la séduction.

Il a payé cher cette remise en cause : ce n'est qu'au milieu des années 80 qu'il a été reconnu comme artiste et qu'il a obtenu sa carte d'adhérent au fonds des artistes plasticiens tchèques. Après l'exposition des photographes surréalistes polonais à la galerie Baudoin Lebon, Jan Saudek nous montre une fois de plus que l'art des pays d'Europe de l'Est a toujours été vivace.
GALERIE DAVID GUIRAUD
www.galeriedavidguiraud.com
5, rue du Perche
75003 Paris