Bertrand Planes a acheté des « toiles d'amateurs » qu'il a photographiées, puis peintes en blanc. Il les a ensuite recouvertes d'une émulsion photosensible, puis a projeté dessus la photographie d'origine et a fixé l'ensemble.

Le résultat est pour le moins surprenant : l'émulsion a coulé, et, à première vue, on ne peut pas dire si on observe une photo ou une peinture. D'ailleurs, Bertrand Planes n'a pas limité ce traitement à la peinture elle-même, il a fait subir le même sort au cadre mouluré de la peinture d'origine.

La galerie prend un air de cabinet de curiosités dans lequel seraient exposées des peintures ayant traversé un cataclysme. Car d’une certaine manière, ces peintures ont subi un cataclysme : flashées, recouvertes de peinture blanche, puis d’une émulsion photosensible pour être de nouveau flashées. Ce traitement, certainement éprouvant, fait disparaitre le sujet du tableau original, il l'élargit à l'ensemble du tableau, y compris le cadre. L'objet de l'œuvre n'est plus le moulin hollandais que l'on distingue encore, mais la méthode pour y arriver, un peu comme si cette peinture était passée à la moulinette de la perception de Bertrand Planes.

New Galerie
www.newgalerie.com
2 rue Borda
75003 Paris
Ouvert du mardi au samedi, de 14h à 19h et sur rendez-vous