Marielle Paul, Sans titre, gouache, 56 x 76 cm >

Quelques semaines après avoir contemplé la méduse bleue, nous étions revenus sur nos pas. D’autres petits formats, intimistes, certains semi figuratifs, issus de l’observation de paysages brésiliens ou marins, et un magnifique dyptique, plus grand, avaient pris place au coeur de la galerie Jean Brolly. Nous avions alors pu reprendre nos rêveries, la tête reposant sur les plumes de l’édredon, formé par le blanc du papier en réserve, et les yeux dirigés vers les à-plats de gouache onctueuse et généreuse.


Marielle Paul, Silhouette, 2011, 120 x 80 cm >

Cette fois-ci, surprise : les formats sont plus grands, l’acrylique se mêle à la gouache, le brillant surgit du mat, la transparence déjoue l’opacité de la gouache et les couleurs fluorescentes font également leur apparition. Depuis la cour, on aperçoit une première peinture avec une fleur en dentelle et une ligne orange qui suit un chemin improbable. On reconnaît aussitôt les entrelacs, stries et spirales de Marielle Paul. Sur le mur opposé, en revanche, nous voilà transportés dans un ailleurs abstrait, dont surgissent des éléments fluorescents. La fraîcheur issue de l'agencement des couleurs et le hasard manifeste des formes invitent à profiter de la félicité de l'été.

Galerie Jean Brolly
www.jeanbrolly.com
16, rue de Montmorency
75003 Paris
Tél. : 01 42 78 88 02
Ouvert du mardi au samedi, de 11h à 19h.