Parfois, les oeuvres semblent apposées les unes à côté des autres, leur lien n'est pas explicite. Que viennent ainsi faire les photos de défilés nazis dans l'exposition ? A l'inverse, certaines salles sont très cohérentes et, malgré la diversité des périodes présentées, les oeuvres dialoguent merveilleusement bien. Un exemple ? Le ballet L’Après-midi d’un faune, interprété par Nijinksi, est projeté au milieu de sculptures de Rodin, de photos de Matthew Barney et de collages d'Etienne Chambaud.

L'exposition fait un va-et-vient permanent entre les arts et la danse. La danse s'expose à travers la projection de plusieurs films de représentations. Une invitation à parcourir l'histoire de la danse depuis la création du cinématographe. On découvre ainsi une chorégraphie poétique de la danseuse Loie Fuller, à travers la caméra des frères Lumière.

Nijinski >

On passe facilement de la danse comme expression de soi à la danse comme abstraction du corps. Les danses futuristes et les exercices de Rudolf von Laban se côtoient. Ce dernier place le danseur dans une forme géométrique (l'icosaèdre) pour le faire danser. William Forsythe utilise, lui, une méthode similaire pour créer ses chorégraphies. Un regret : son cours n'est ni traduit, ni sous-titré, et pourtant, il est très intéressant et didactique.

La danse performance est magistralement représentée par le solo imaginé par Jan Fabre pour Lisbeth Gruwez. C'est aussi la confrontation entre les Anthropométries d'Yves Klein, les tableaux de Jackson Pollock et les ballets de Merce Cunningham qui fait la force de cette dernière partie de l'exposition. Trisha Brown aussi, qui sort des salles de spectacles, s'affranchit de la scène pour aller dans la rue, sur les façades ou les toits de New York...

L'exposition se conclut sur un ballet de Jérôme Bel. Ses danseurs remuent sur un mode humoristique sur des musiques Dance.

Il manque une partie, un clin d'oeil, bref une ouverture sur le mouvement hip hop qui aime chanter sa vie et la danser.



Centre Pompidou
www.centrepompidou.fr
Place Georges Pompidou
75004 Paris
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 11h à 21h.
Métro : Rambuteau / Châtelet / Les Halles