JR s'inscrit dans le courant du Street Art. Il investit une ville, un quartier, un pays, prend des photos et les colle en format géant sur les murs, les toits, les trains. Il valorise les femmes là ou elles n'ont pas vraiment droit à la parole (Women are Heroes), fait faire des grimaces à des Israëliens et des Palestiniens qui posent de chaque côté du mur de séparation, investit la pire favella de Rio pour montrer le visage de ses habitants aux faubourgs, plus riches, de la colline d'en face.

Sa démarche témoigne d'une certaine naïveté et déborde de bonnes intentions. Il a d'ailleurs gagné le TED Prize 2011 qui lui a offert la possibilité de formuler un «voeu pour changer le monde».

On peut observer son travail avec amusement et condescendance. Pourtant JR touche juste. En photographiant des gens, en invitant les autres à les regarder, il met en scène une idée forte : la personne que vous voyez existe, même si tout est fait pour que vous ne la rencontriez pas. Or, il est assez simple, notamment dans les mégalopoles, de vivre en vase clos et de ne rencontrer que les gens qui vous ressemblent. JR s'engouffre dans les brèches qui nous scindent en communautés et nous oblige à voir l'autre. C'est ce qui fait son succès. C'est plutôt rassurant.

Alors que vient faire JR dans une galerie ? Il vient tout simplement chercher l'argent pour changer le monde. Car, pour financer ses installations, il vend les photos, les vidéos et des parties d'installation. A l'étage, il a aussi installé le photomaton ambulant. Vous pourrez ainsi sympathiser avec les autres fans de JR pendant la longue file d'attente !

Galerie Perrotin   => Liste des Articles
76, rue de Turenne
75003 PARIS
Site de la galerie : www.perrotin.com/