Jean Bedez, Sans Titre, 2010 >

De Jean Bedez, on découvre deux dessins à la mine de plomb très poignants. Le premier représente un homme ou une femme doté d'une énorme paire de cornes de mouflon peinant à se relever. Le second, intitulé Cavaliers de l'Apocalypse, est le dessin qui lui a valu le prix Canson 2011. Il est gigantesque (220 x 140 cm). On y voit une salle de conférence internationale avec, au centre de la table, une vache morte posée sur le dos, les quatre pattes en l'air. Est-ce le butin de la conférence ou l'entrée dramatique de la réalité dans ces négociations centrées sur les grands équilibres et les perspectives à long terme ?

Julien Salaud continue, lui, à travailler sur ses animaux naturalisés. Beaucoup de ses oeuvres sont exposées : nous avons retrouvé ses trophées/constellations et nous avons fait la connaissance de ses insectes tout droit sortis d'un cabinet de curiosités. L'artiste démiurge leur ajoute des parures de plumes d'autruches, des paillettes... bref le superflu. Il nous fait ainsi pénétrer dans son monde fantastique.


Julien Salaud, Messager de nuit, 2011 >

Le point d'orgue de l'exposition est sans aucun doute le messager de nuit qui intègre plusieurs facettes du travail de Julien Salaud : le travail des constellations avec la chouette empaillée, cloutée et couverte d'une toile de perles et le masque constitué de paillettes et d'un papillon. Tous ces éléments transforment cette chouette en une nouvelle créature féerique. Nous attendons avec impatience les futures expositions de ces deux artistes.

Galerie Suzanne Tarasiève   => Liste des Articles
7, rue Pastourelle
75003 PARIS
Site de la galerie :
www.suzanne-tarasieve.com/