Monique Jacot, Zèbres du cirque Knie, 1989 >

Le Musée de l'Élysée, basé à Lausanne, dispose d’une très belle collection de photographies. Parmi ses dernières acquisitions présentées à Paris Photo, nous avons admiré les zèbres du cirque Knie de Monique Jacot. Une photo magnifique, d'une taille remarquable pour un polaroïd.

Chez Laurent Godin, ce sont les photographies de broussailles de Gérard Tranquandi qui nous ont plu. On se souvient des huiles sur papier qu'il avait présentées en début d'année. Là, l’artiste adopte le même format et fait preuve du même sens de l'abstraction, mais en photographie. On espère en voir plus prochainement.

Didier Ben Loulou >


L'autre révélation du salon ? Les petites photos de Didier Ben Loulou exposées par la galerie Anne de Villepoix. Dans un format intimiste (15x15), l'artiste franco-israélien a photographié les détails de son immersion parmi les Falashas : un col de tee-shirt, des pieds nus poudrés, des scarifications sur une joue. L'usage du tirage Fresson apporte une sensualité et un ton particulier. Le point de vue décalé et les pigments des couleurs suggèrent un hors champ lointain et énigmatique.


Un peu plus loin, la galerie Les filles du Calvaire présentait des photos de Thibault Cuisset et d'Antoine d'Agata. Au triptyque syrien de Thibault Cuisset répondaient la fébrilité et la folie des photographies d'Antoine d'Agata.

Alison Rossiter, 2010 >

Enfin, la grosse surprise est venue sans conteste de la galerie new yorkaise Yossi Milo qui consacre un mur entier aux photographies noir et blanc de Alison Rossiter. Cette photographe travaille à partir de papiers photographiques périmés de longue date - 50 ans minimum. Elle les développe et révèle avec poésie la trace du temps : des formes géométriques et abstraites noires apparaissent sur du papier blanc, jauni sur le pourtour. Tout simplement magique.