Raqib Shaw, Suite of The Ruby Red Boudoir of Beasts, 2012 >

Au mur, des feuilles de papier encadrées sont juxtaposées pour former une fresque qui semble à première vue gaie et joyeuse. En effet, Raqib Shaw exécute ses dessins à la manière des miniatures ou des enluminures, avec minutie et légèreté. Il représente ses motifs dans une palette de couleurs harmonieuse et les dispose selon une symétrie très classique. Ses décors sont composés de rares pièces de mobilier et de bouquets de fleurs repris d'un livre de la période Empire. Ses personnages sont tous en mouvement, les uns s'élançant avec grâce, les autres suspendus dans les airs tels des angelots de peintures classiques. La finesse des traits au crayon rehaussés d'acrylique émaillée et sertis de strass et paillettes et l'attention extrême portée sur les détails évoquent l'art de la joaillerie.

A mieux y regarder, les dessins révèlent tout à coup un autre spectacle où s'exprime la cruauté : bien loin des angelots joufflus, les babouins se livrent avec délectation à des scènes sado-masochistes. Habillés de guêpières en cuir, ils sont équipés de chaînes et de fouets, qui se fondent dans le décor luxueux des boudoirs. Même les petits babouins ailés sont accoutrés de culottes fendues et de fouets. Les singes coincés dans des chandeliers qui se font recouvrir de cire chaude et le babouin qui verse un liquide jaune (à nouveau de la cire ?) sur une babouine en piteuse posture font penser au Marquis de Sade - il avait lui-même versé de la cire chaude sur une femme. Comment ne pas reconnaître dans ces babouins l'homme solitaire décrit par Sade qui tire son plaisir de la transgression et considère l'autre comme un objet et qui, une fois en groupe, suit la meute avec pour objet d'assouvir son plaisir ?


Raqib Shaw, Monkey King Boudoir II, 2012 >

Ces êtres simiesques manifestent une animalité, une férocité et une violence qui contrastent terriblement avec leur innocence apparente. Une farce ?



Galerie Thaddaeus Ropac 
7, rue Debelleyme
75003 PARIS
Site de la galerie : www.ropac.net/